Les portes du Quevorah

les-portes-du-quevorah1

Qui le croirait ? Qui croirait cet individu qui affirme avec l’aplomb d’un grand homme d’affaires que la magie existe et qu’elle s’épanouit dans un monde parallèle où les créatures légendaires prennent vie ?

Deux jours plus tôt, Hayden aurait ri au nez de ce fou, mais l’évidence le rattrape quand il parvient à créer un incendie avec, comme unique comburant, sa propre colère.

Maintenant qu’il a fait brûler son lieu de travail ainsi que son appartement, le jeune homme décide de suivre cet inconnu ô combien charismatique !

Ainsi, il traverse la porte du Quevorah et se retrouve en Arianor, un monde où tout semble possible. Malheureusement pour lui, Hayden va vite découvrir qu’on lui a caché la vérité sur cet endroit dont l’histoire passée et actuelle n’est pas aussi belle que ce qu’on a bien voulu lui vendre. Au lieu d’arriver dans un pays où la magie unit les personnes entre elles, Hayden découvre que cela les déchire. Il se retrouve donc au milieu d’une guerre défiant les lois de la physique.

En vérité, l’inconnu qui l’a entraîné jusqu’ici y trouve son compte, car Hayden pourrait bien avoir une influence décisive sur le destin d’Arianor…

Arnaud Cornillet nous livre ici un roman à la frontière entre le réel et l’imaginaire dont l’intrigue nous entraîne au milieu d’une guerre où tous les coups sont permis. Une chose est sûre : les personnages ainsi que le lecteur ne sont pas au bout de leurs surprises.

****    ****

Mon avis sur la lecture de ce roman

Couverture : j’ai celle de la première version qui demeure sympathique, mais plus enfantine. Ma préférence va vers la nouvelle version. Dans cette première version, c’est en fin de roman que l’image prend tout son sens.
couv1 portes du quevorah

Le 4e de couverture : intéressant. Avant de lire, je me suis demandé si elle n’en disait pas trop. Après lecture, je peux répondre que non.

Dédicace : elle est destinée aux lectures du forum Jeunes Ecrivains des livres voyageurs, un bon point, j’apprécie.

Cartes : il y en a deux, pas trop chargées en noms, agréables.

Prologue : on entre de plain-pied dans la magie, la trahison et la souffrance.

Avis : j’avais déjà lu le début de ce roman sur le forum Jeunes écrivains et j’avais hâte de voir ce que cela donnait après publication. L’auteur a une bien belle manière de décrire l’inspecteur par le biais du légiste et sa remontrance. Dans le premier chapitre, les personnages se dévoilent, leur passé, leurs liens, et dans le suivant la mise en bouche est appétissante. Il y a de belles descriptions et les combats sont aisés à suivre. La présence d’une femme à l’ombrelle apporte sa dose de mystère, c’est très agréable. Belle surprise sur le passé de certains personnages. J’ai aimé la méthode de communication évoquée, ainsi que les explications qui arrivent progressivement sur un gardien. Des pièces du puzzle s’imbriquent dans l’ombre, on ne sait plus qui tire les ficelles. Du mystère en mer, du suspense, un soupçon de dictature sortie de notre Histoire, un savant mélange de réalité et de fantastique. À n’en pas douter, l’imagination est en action dans ce roman et l’auteur nous régale d’une énorme surprise à la fin ! Agréable surprise aussi à la découverte d’une orientation sexuelle qui prend une note moderne au cœur de la fantasy. Pour moi ce livre convient plutôt aux ados et jeunes adultes qu’aux adultes (à cause de la romance un peu légère et qui va un peu vite), mais cela plaira, c’est certain. Je verrais bien des illustrations agrémenter ce récit.

Mes questions à l’auteur :

Arnaud Cornillet

Arnaud, est-ce voulu d’utiliser des prénoms difficiles à se souvenir ? Par exemple « Edwina Björnulfdòtttir ». D’ailleurs, où es-tu allé pêcher ça ?
C’est sûr. Certains prénoms ou noms sont difficiles à retenir ou même à prononcer. Bien que certains personnages soient originaires de notre monde, d’autres sont nés à Arianor. Je souhaitais trouver des noms avec des consonances différentes pour les identifier. C’est donc le cas d’Edwina, de Terence et de Thaliur, entre autres. Les trouver n’a pas été le plus simple. Comme pour les villes d’Arianor d’ailleurs ! Mais avec un peu d’imagination, on y arrive.

Tu as une belle imagination pour les créatures de ce roman : mouglettes, Dragot, nemuth, fenliars, ifrits, Ormr le jörmungandr, pandiums géants. Sortent-ils tous de ton imagination et est-ce que les lecteurs les ont appréciés ou ont-ils eu de la peine à les visualiser ? Quels sont leurs retours ?
Merci pour le compliment, mais je dois avouer que je ne les ai pas tous inventés… du moins pas totalement. Ormr le Jörmungandr est directement tiré de la mythologie scandinave. Les fenliars viennent aussi de là, plus précisément du Fenrir, mais modifié afin d’en faire un « animal de compagnie ». Pour les autres, mon imagination a fait le principal. De ce que j’en ai lu, les retours sont plutôt bons concernant les créatures d’Arianor. Mon objectif restait de créer un monde où les créatures mythologies et les légendes prennent un nouveau sens. Après tout, qui a dit que le monstre du Loch Ness n’existait pas ?

N’est-ce pas difficile de gérer autant de personnages tout au long d’un récit ?
Pour ça, je pense qu’un plan bien structuré est nécessaire. Sans ça, il est facile de se perdre. Pour chaque personnage, j’ai créé une biographie, une histoire et trouvé un visage qui s’y attache. Et tout cela était devant moi, sur un tableau, pendant toute l’écriture du roman. Si on veut que les personnages soient cohérents, il faut leur donner une histoire personnelle à raconter (et parfois, ils ne me demandaient même pas mon avis pour intervenir…)

Combien de temps t’a-t-il fallu pour l’écriture du tome 1 ?
Comme pour un bébé ! 9 mois. Pour le second tome pareil. Un hasard ? je ne sais pas.

Le tome 2 va prochainement sortir et cette fois nous retrouvons Hayden sur Terre. Nous réserves-tu autant de surprises et de magie ?
Peut-être même plus ! Le second (et dernier) tome est un peu différent du premier. Tant par sa structure que par son style. J’espère vraiment qu’il plaira aux lecteurs…. Je stresse un peu en fait. Sa sortie est prévue dans 8 jours et, d’ailleurs, il est déjà disponible en prévente sur Ulule.
Pré-ventes Ulule

Tu es sur un autre projet. Peux-tu nous dire un mot sur ton prochain roman « Soldats du néant » ?
Pour le moment, ma vie personnelle est un peu compliquée et je n’ai que peu de temps pour écrire. Mais ce projet me tient à cœur et j’espère le terminer avant la fin de l’année. C’est un Bit-Lit breton, premier tome d’une saga où Kiara, détective privée, découvre que les humains ne sont pas les plus grands prédateurs de cette planète. Et pour ce roman-là, j’accorderais plus d’importance à la romance ! Promis.

Un grand merci d’avoir pris du temps pour répondre à ses quelques questions. Pour les personnes qui souhaitent dédicacer un livre, ils peuvent te retrouver au festival de l’imaginaire et des jeux de rôle « Scorfel » les 22 et 23 octobre aux Ursulines.

 Le tome 2 « L’Akashaë » 

les portes du quevorah T2

Quatrième de couverture :

« Arianor, un monde peuplé de magie et de créatures fantastiques, un endroit merveilleux où tout semble possible… », voilà ce qu’on lui a promis, mais la réalité est tout autre. Depuis qu’Hayden a quitté la Terre pour rejoindre Arianor, le seul cadeau qu’il a obtenu est un coup de poignard dans le dos, au sens propre comme au figuré… L’heure est donc aux règlements de comptes !

Le jeune homme décide alors de se rendre dans les Terres Noires et de contrecarrer les plans de son ennemi. Mais, il est hélas trop tard… Le nécromancien et son armée de morts ont déjà franchi les Portes du Quevorah et rejoint la Terre pour assouvir leurs désirs de conquête.

Rapidement, sur Terre, les humains organisent la résistance et s’acharnent à repousser les envahisseurs. Les combats sont désormais engagés, mais la question subsiste : quel genre d’arme peut venir à bout d’une créature déjà décédée ?

Pour clôturer l’aventure Les Portes du Quevorah, Arnaud Cornillet nous a réservé de belles surprises. La magie d’Arianor opère toujours et prend à son tour vie sur Terre, devenue champ de bataille où des créatures magnifiques s’affrontent aux côtés des humains. Une fin épique !

 

Sa page FB : https://www.facebook.com/arnaud.cornillet.auteur/?fref=ts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :