La marque rouge

la-marque-rouge-ruberto-sanquer

Comment échapper à la Mort quand elle vous traque ? 
Que ses longs doigts osseux traversent votre lumen de sorcière ? 
Qu’il vous reste tant à apprendre pour devenir une parfaite guérisseuse au service de la Nature ?

Une nouvelle année scolaire commence pour Louyse et ses treize amies apprenties-sorcières. Louyse pourrait espérer gagner ses galons, mais c’est compter sans la Mort…

Louyse parviendra-t-elle à maîtriser les forces élémentaires de la Nature pour sauver les siens ? Et défendre celui qu’elle aime d’un amour interdit ?

***   ***

Couverture : aussi sublime et envoûtante que le premier tome, elle présage une noirceur encore plus présente que dans « L’aura noire ».

4e de couverture : efficace, elle résume bien les différentes parties qui seront touchées. Mais bien d’autres surprises vous attendent !

Bilan : bon, bon, bon… la mort ne souhaite pas que je vante ses péripéties et, pour cela, elle a dû cacher mon cahier de notes, grrr ! Impossible de remettre la main dessus, je vais donc vous faire un petit retour de tête.

La marque rouge est un livre qui m’a apporté du plaisir avant même de l’avoir ouvert, tellement je me réjouissais de retrouver cette atmosphère et tous les personnages. Sa lecture a été palpitante ! Dès le début, l’auteure met la pression avec son compte à rebours. Elle nous plonge sous la pluie, la famine, la détresse et révèle la force de ses personnages au fil des pages. C’est un voyage unique, dans un univers très riche et qui présage encore une multitude de surprises.

Dans ce tome, garçons et filles vont se lier pour combattre le mal et bouleverser les règles de la communauté, le tout dans une marée d’yeux rouges qui n’attend que des téméraires pour s’en repaître (les Lucifuges).
L’auteure nous emmène un peu plus loin qu’Isafjur, cette fois. Nous découvrons les environs en suivant Louyse, Dras et le Bukardsey, mais la noirceur colle à leur pas et rend la route plus dangereuse que jamais. L’histoire est vraiment prenante et les surprises ne manquent pas. Mip ne ménage pas ses personnages et mêle à la perfection plusieurs univers différents avec ses créatures. Sa plume est un vrai régal !

J’ai beaucoup aimé la force de caractère de Dras, bien décidé à se rattraper aux yeux des autres, et particulièrement un nouveau personnage : Cétus. C’est un crève-cœur pour moi, mais je ne vais pas vous dévoiler qui est cet homme, je vous laisse le découvrir.

La fin du tome laisse présager un long voyage et j’ai déjà hâte de me replonger dans leur histoire et suivre les aventures des porteuses de Ringtree et des Briseciels.

N’hésitez pas à plonger dans son univers !
Chronique du tome 1 et interview

9782367404561

 

Interview de MIP

Résultat de recherche d'images pour "Mip Ruberto Sanquer"

Bonjour MIP, quel plaisir de me replonger dans ton histoire ! J’ai pris plus de temps que prévu pour lire ton roman et j’avoue qu’à la fin de ma lecture j’ai regretté ce temps perdu. Quel bonheur de côtoyer à nouveau Louyse, Dras, leurs compagnons de combats et La mort !
Bonjour Sandra 🙂 Je te remercie pour avoir aimé plonger dans la Marque Rouge !

Malgré leurs soucis, les sorcières d’Isafjur ont gardé leurs habitudes et boivent toujours du thé. Quelle saveur donnes-tu à ce deuxième tome ?
Le thé de La Marque Rouge aurait une saveur de coquelicot, de rose cendrée et de pimprenelle sanguine.

À chaque fois, le titre colle parfaitement à l’histoire. Après l’aura noire et la marque rouge, je me demande la couleur prévue pour le tome 3. Un indice ?
BLANC comme neige étincelante au cœur d’une trouée de sapins vert-sombre

Est-ce que dans ce deuxième tome l’histoire t’a une nouvelle fois échappé et les personnages t’ont-ils emmené ailleurs que prévu ?
Tu es drôlement perspicace, dis-donc J J’ai adoré suivre certains personnages dans les terres perdues du Grand Nord, où les prédateurs affichent une taille phénoménale. Ces apprentis sorciers m’ont fait découvrir un lac de haute altitude d’un vert émeraude intense, cerné par des troupeaux de rennes – ceux-là mêmes qui ont assuré leur survie dans des conditions drastiques.

L’importance des arbres est toujours présente et tu arrives à les entourer d’une magie intemporelle bien agréable. Si on pouvait les voir comme un danger dans le premier tome, tu apportes un autre regard sur eux ici, ils deviennent des personnages à la fois discrets et inévitables. Auront-ils autant d’importance dans la suite de l’histoire ?
Toujours ! La sève de la Sylve court dans le sang de chacun des personnages : ils tirent leur magie d’une Nature omniprésente. N’oublions pas que nous nous trouvons dans un monde qui s’est reconstruit 3000 ans après une apocalypse, et que dans cet univers-là, la nature a repris ses droits.

L’année passée, je te demandais si tu allais nous faire voyager un peu plus hors de la cité et découvrir d’autres populations. Tu répondais que le voyage serait difficile. En me plongeant dans ce récit, j’ai bien compris la problématique. Ce qui est appréciable dans tes histoires, c’est que, même en concentrant tes personnages en un endroit, tu arrives à nous faire voyager bien plus loin que la distance. Tu nous fais même découvrir d’autres créatures intéressantes, comme Cétus. Je suppose qu’on en apprendra plus à son sujet par la suite ? Combien d’autres surprises nous prépares-tu encore ?
C’est tout un univers à découvrir ! Au fur et à mesure de l’histoire, on se rend compte que ma jeune héroïne, Louyse, a été élevée dans une école de sorcières au cœur de la Sylve, et qu’elle ne connaît rien du monde qui l’entoure, si ce n’est par ses manuels scolaires. Il lui reste à découvrir les autres peuples de cette terre, qui mêlent des races et des coutumes bien différentes ( garous, dragons, nordiques, et humains des brumes perdues). Sans compter… les Abysses encore inconnus des peuples de surface.

J’imagine que le prochain tome nous emmènera vers la royauté et de nombreux autres dangers. Je me trompe ?
Pas du tout, bravo 🙂 . La capitale sylve, nommée Sylvara, perchée sur un fjord et nébuleuse à souhait, réserve son lot de surprises.

L’année passée, tu me disais que cet univers était assez riche pour donner matière à 30 tomes, du moment que chaque histoire était unique. Je confirme que tu nous emportes sans souci dans un autre monde et j’espère que ce voyage durera longtemps encore ! Es-tu déjà en train d’écrire la suite ?
Oui bien sûr ! Une aventure nouvelle / pour un nouvel opus / et pour une nouvelle année scolaire. Et chaque tome peut se lire indépendamment des autres.

Tu fais de plus en plus de salons, où pourrons-nous te rencontrer ?
Le second semestre 2018 promet d’être riche en rencontres J Mon agenda n’est pas encore arrêté, mais voici quelques dates sympathiques qui se profilent :

  • Salon des Halliennales le 6 octobre
  • Dédicace au Furet du Nord le 27 octobre
  • Salon du Fantastique à Paris du 2 au 4 novembre
  • Le Salon du livre Jeunesse de Paris fin novembre

Un grand merci pour avoir répondu à ma curiosité.
C’est moi qui te remercie, chère Sandra 🙂 Et je te retourne cette curiosité : quand est-ce que nous aurons le privilège de lire le tome 3 du Clan Tarran ???

«Le damné » sortira le 15 septembre, ma chère sorcière MIP. 😉

 

 

La page FB de l’auteure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :