13 à table (2017)

Grâce à toute la chaîne du livre « 13 à table !» de l’écriture jusqu’à la fabrication, l’édition, la distribution… et les acheteurs, ce sont 2’100’000 repas en plus que les Restos ont pu distribuer à ceux qu’ils accueillaient grâce aux deux premières éditions.
Prix : 5 euros.

13 a table

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire. Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie. Treize bougies à souffler sans modération. Françoise Bourdin – Maxime Chattam – François d’Epenoux – Caryl Férey – Karine Giébel – Alexandra Lapierre – Agnès Ledig – Marc Levy  – Agnès Martin-Lugand – Bernard Minier – Romain Puértolas – Yann Quéffelec – Franck Thilliez Couverture de Jean-Charles de Castelbajac.

 

Je vous donne un avis succinct de ma lecture pour ne pas dévoiler trop les nouvelles et préserver les surprises lors de votre lecture. Cette année, le thème est l’anniversaire.

Françoise Bourdin (écrivaine française). Ses romans sont habituellement des drames familiaux, et ses personnages des gens à qui les lecteurs peuvent s’identifier.
Sa nouvelle s’intitule « Un joyeux non-anniversaire (Alice au pays des merveilles) » : une histoire très courte, entre rêve et réalité, mais sans plus pour moi.

Maxime Chattam (écrivain français). À la suite d’étude en criminologie, il s’est spécialisé dans le roman policier.
Sa nouvelle s’intitule « Le chemin du diable » : intriguant, original, glauque, d’horribles anniversaires et toujours aussi bien écrit, un régal !

François D’Epenoux (Concepteur-Rédacteur-Scénariste-Ecrivain français). Deux de ses œuvres ont été adaptées au cinéma, « deux jours à tuer » et « Les papas du dimanche ».
Sa nouvelle s’intitule « Cent ans et toutes ses dents » : des touches d’humour, ça se lit avec plaisir, belle description du tableau final du gâteau, joli lien avec le titre, mais une fin sans plus.

Caryl Férey (écrivain français) spécialisé dans le roman policier.
Sa nouvelle s’intitule « Le voilà, ton cadeau » : un braquage de banque ça pourrait sembler banal, mais celle-là est très particulière. Un butin qui passera de main en main et les morts se succéderont, ça devient glauque, puis la surprise. C’est rythmé dès le début, c’est un plaisir à découvrir.

Karine Giebel (auteur français de romans policiers). En huit romans, souvent primés, elle s’est fait une place à part dans le thriller psychologique. Ses romans sont traduits en 9 langues : allemand, italien, néerlandais, russe, espagnol, tchèque, polonais, vietnamien et coréen.
Sa nouvelle s’intitule « J’ai appris le silence » : tension, procès, science inexacte. Une sublime fin, terrible et pas dans le sens imaginé, sublime !

Alexandra Lapierre (écrivaine française), auteure de romans, de nouvelles et de biographies.
Sa nouvelle s’intitule « Tu mens, ma fille ! » : mis à part un doute qui vient aussi abruptement qu’il ne disparaît, cette histoire est exquise.

Agnès Ledig (Sage-femme et écrivaine française). Elle a commencé à écrire en 2005 pour donner, à travers des bulletins dominicaux, des nouvelles de leur fils, atteint d’une leucémie. Quand il est parti, il lui a fallu du courage et, comme elle le lui avait promis, a écrit ce qu’elle avait au fond du cœur. Puis elle ne s’est plus jamais arrêtée.
Sa nouvelle s’intitule « Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche » : une vie simple, un retour aux sources, une belle histoire.

Marc Levy (Auteur français de romans populaires).
Sa nouvelle s’intitule : « Accords nus » : un étrange silence, un livre surprenant, une première question, une belle réponse, des explications, le temps de souffler des bougies. Joli texte.

Agnès Martin-Lugand (Auteur française). Après 6 ans d’exercice en qualité de psychologue clinicienne dans la protection de l’enfance, elle se consacre aujourd’hui à la littérature. Elle analyse et dissèque avec finesse, humour et tendresse les mécanismes de l’âme humaine pour nous livrer des récits qui nous parlent et qui nous vont droit au cœur.
Sa nouvelle s’intitule «  Merci la maîtresse » : une annonce d’anniversaire qui ne fait pas plaisir et nécessite des changements. Le vent tourne, les tentations sont là, je crains de voir venir la fin, mais non. Joli texte

Bernard Minier (Auteur français de roman policier). Ses romans privilégient les atmosphères oppressantes, la violence psychologique et des personnages complexes, ainsi que « l’attention qu’il porte aux décors, naturels en particulier».
Sa nouvelle s’intitule « L’échange ou les horreurs de la guerre » : au départ, une guerre qui ne m’emballe pas, puis une relation bizarre pimente l’histoire qui se termine par du hors-norme. Surprenant.

Romain Puértolas (Écrivain français) Auteur de 7 romans et de centaines d’histoires, il justifie son imagination débordante par l’existence de Gérard, un poisson rouge offert par sa mère pour son neuvième anniversaire, qui lui dicterait phrase par phrase ses romans…
Sa nouvelle s’intitule « Les 40 ans d’un fakir » : un humour particulier, un peu lourd à mon goût, ce n’est pas ma tasse de thé.

Yann Quéffelec (Écrivain français). Il n’entame véritablement sa carrière d’écrivain qu’en publiant à 32 ans une biographie de Béla Bartók. Quatre ans plus tard, il reçoit le prix Goncourt pour son roman Les Noces barbares. Il est l’auteur de nombreux romans et d’un recueil de poèmes. Il écrit aussi des paroles de chansons.
Sa nouvelle s’intitule « Fuchsia » : un peu déçue de ne pas avoir vibré avec cette histoire d’argent et de famille.

Franck Thilliez (Écrivain français de polar). Le succès rencontré depuis La Chambre des morts (adapté au cinéma) lui a permis de cesser son travail d’informaticien pour se consacrer exclusivement à l’écriture.
Sa nouvelle s’intitule «Lasthénie » : une étonnante histoire. Je vous conseille de vérifier votre groupe sanguin.

Bilan : une  lecture globalement intéressante. Plusieurs auteurs ont participé au livre précédent, mais j’ai pu découvrir des nouveaux. C’est un achat qui vaut la peine, pour soutenir les Restos du Cœur et pour découvrir l’imagination ou le style de ces 13 auteurs.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s