La malédiction d’Oxford #PLIB

Cassandra Blackwell, jeune Américaine d’origine modeste, intègre la prestigieuse université d’Oxford pour une année d’études. Toutefois, la qualité de l’enseignement, les porches recouverts de lierre ou les soirées étudiantes ne figurent pas parmi ses priorités. Elle n’a qu’un objectif : découvrir la vérité sur le passé de sa mère, étudiante à Oxford dans les années 1990, qui a fui ce paradis d’un autre temps avant de se suicider quelques années plus tard. L’enjeu est important, car Cassie pourrait enfin connaître l’identité de son père.

La jeune femme se lie rapidement avec l’élite anglaise et plonge dans ce monde fascinant aux traditions séculaires. Pourtant, au sein de ce campus légendaire, une force inquiétante est à l’œuvre : l’École de la Nuit, une société secrète qui semble liée à une série de suicides. Cassie pourrait bien être la seule à pouvoir y mettre un terme ? Mais à quel prix ? 

Couverture : tout me plaît dans cette couverture, les détails dans les coins supérieurs, le style d’écriture des titres, les objets symboliques. C’est harmonieux et me donne envie d’en savoir plus.

4e de couverture : en général, je ne suis pas fan des histoires d’étudiants, mais quand je lis « société secrète », pas besoin d’en dire plus pour m’accrocher et me donner envie de lire le roman.

Bilan : Je ne comprends pas le prologue et suis curieuse de faire un lien lors de ma lecture (pas avant la fin).  On se fond facilement et rapidement dans cette ambiance d’étudiants, très studieux ou très fêtards. Je sais qu’un colis a mené Cassandra à Oxford, mais il manque encore beaucoup d’informations à ce sujet pour bien comprendre la situation. Cela arrive peu à peu, au compte-gouttes.

J’ai été dérangée par quelques détails, comme une rencontre lors d’un jogging où juste en croisant un homme on apprend qu’il a 30 ans (trop précis pour un premier coup d’œil). J’ai aussi eu de la peine à comprendre la raison qui a poussé un responsable à faire changer de lieu de vie cette étudiante étrangère et ne pas la mettre avec les nouveaux , car trop bruyant (une simple raison aurait suffi à faire passer ce changement sans problème). Une fois installée dans son nouveau logement, Cassandra fouille les placards et pioche sans honte dans les réserves de nourriture de sa colocataire, sans même une once de gêne (dommage, ça manque de sensibilité, d’émotion). Elle termine d’étudier à minuit et quitte la bibliothèque pour se rendre au supermarché, pas commun ces horaires…

L’auteur décrit tout, ce qui apporte un rythme lent. Ce n’est que vers la page 111 sur 592 (ebook) que l’histoire commence à bouger avec un premier indice sur sa recherche. J’ai trouvé ça dommage, même si j’ai continué la lecture avec une certaine curiosité pour enfin en savoir plus.
Par contre, on ressent bien cette ambiance qui nous fait dire qu’elle étude dans une bulle un peu hors du monde, hors des lois ordinaires, que la tradition et le passé ont un poids énorme. Oui, les murs cachent de sombres mystères.
Cette société secrète reste longtemps dans l’ombre et en voulant la dissiper, les surprises apparaissent. La mort rôde, le pouvoir aussi. À trop vouloir démêler les secrets du passé, on découvre parfois des cadavres.

LogoPLIB2018TransparentRythme lent, seule la fin est un peu plus rapide. Une lecture intéressante quand même.

#ISBN : 226627564X
Éditeur : Pocket Editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :