Comment le dire à la nuit [Plib2019]

La dame en noir vivait seule dans son château. Elle ne pouvait pas mourir. De tout ce temps qu’elle avait, elle ne faisait rien. Et puis un jour, elle trouva sur son chemin le garçon aux cheveux blancs.

Elle l’enleva.

Elle voulait vivre une histoire. Une histoire d’amour et de nuit qui traverserait les siècles.

***  ***

Couverture : l’illustration de Délicate Distorsion est aussi sombre que délicate, aussi surprenant que poétique.

4e de couverture : Ce résumé est mystérieux, presque simple. Mais ne vous y fiez pas, ces mots ne sont qu’une porte ouverte sur de nombreux autres histoires, qui finalement se rejoignent.

Logo Jury PLIB2019Bilan : c’est le livre qui m’a pris le plus de temps à terminer, plus que des semaines, des mois, sans lassitude. Comme si ce livre, pour bien l’apprécier, devait se savourer à petites doses. J’ai dévoré le début du roman, puis j’ai été un peu perdue par les changements de scènes, de personnages, d’époques. Je ne m’attendais pas à cela, il y a eu comme un flottement incompréhensible. Je suis retournée au résumé, pour vérifier si je n’avais pas bien saisi l’histoire, mais non. Les chapitres suivants ont nécessité une lecture fragmentée, pour trouver mes marques, pour digérer leurs histoires. Dans les derniers chapitres, les réponses tombaient et nourrissaient l’âme à fortes doses.

La plume de Vincent Tassy est riche, poétique, élégante, ses mots enchantent, hypnotisent, nous font voyager dans le temps, dans les sentiments. Un roman atypique, enveloppé de noirceur, de papillons et de peste rose, sous l’influence de Barbara Cartland. Un roman qui porte haut le sentimental et le macabre.

Il faut voir ce récit comme un oignon, où chaque couche est un amour différent, aux saveurs fortes, mais sans qui le bouillon de la vie serait fade. Mon conseil pour bien apprécier cette mélancolie : se laisser porter par les mots, ne pas chercher à comprendre trop vite la finalité.

Comment le dire à la nuit est un bel écrin pour les états d’âme, les orientations sexuelles, les valeurs sans jugement. Ce roman, on l’aime ou on ne l’aime pas, mais il ne laisse pas indemne. Le style Tassy marque l’âme.

Vincent Tassy

Delicate Distorsion

Editions du Chat Noir

Le Prix littéraire de l’imaginaire Booktubers App

#ISBN9782375680897

#plib2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :