Fleur d’Oko #PLIB2022

Au royaume de Sangaré, une société matriarcale subdivisée en plusieurs tribus, aussi appelées « terres » les femmes dirigent la société. Les hommes sont chargés de réaliser les travaux les plus pénibles et de faire la guerre pour elles, tout en leur obéissant aveuglément. Oko est une jeune fille qui a grandi auprès d’un père aimant et d’une mère souvent absente. À l’âge de 16 ans, son père, ainsi que tous les hommes de son village, ont fait l’objet d’une cueillette afin d’aller mener une guerre de conquête pour la reine. Son père n’en est jamais revenu. À 22 ans, le jour où elle apprend que Shomari l’Amaranthe, le plus grand envoûteur du monde, recherche un apprenti elle décide de se présenter…

«  » » «  » »

Couverture : une belle couverture, qui représente parfaitement le personnage du roman, et qui gagne en force, une fois que l’on s’est perdu dans ce récit.

4e de couverture : je craignais un roman féministe, mais cette histoire d’apprenti m’intriguait tout de même. Pour finir, je suis bien contente de ne pas être passée à côté de cette sublime lecture !

Roman : Un premier chapitre envoûtant qui permet de découvrir ce monde fait de magies, de sagesse et de pouvoir. Il est difficile d’expliquer avec des mots, mais ce roman possède une âme qui lui est propre, elle vient des personnages, des préjugés et de la beauté de ces plantes qui se sacrifient pour les hommes.

Les efforts à prodiguer pour devenir l’élue parmi les apprentis sont contrebalancés avec la noblesse et leurs attentes futiles, ainsi que la quantité de prétendants au trône. La vie d’Oko tient à peu de choses, un avertissement de la brousse sur une route pavée de non-dits. Un soutien inattendu fera-t-il la différence? Cette tension constante ensorcelle autant qu’un réel sortilège qui empêcherait le lecteur de refermer ce livre. Le danger est sous-jacent en permanence, le besoin d’en savoir plus toujours présent. Une véritable réussite. Ce roman mérite amplement sa place dans les cinq derniers à la course du PLIB.

L’auteure parvient à transmettre un univers original et des personnages hauts en couleur. Elle nous plonge dans des mythes et légendes africaines avec des en-têtes de chapitre intrigants, quand elle n’en imprègne pas les apprentissages des élèves.

Le seul bémol serait des notes de bas de page qui manquent et imposent une recherche pour certains mots inconnus (dashiki, djilamogo, mngwa, kora, etc). D’un autre côté, on peut aussi s’en passer pour rester immergé dans l’histoire. C’est un tome 1 (ce qui n’est pas mis en avant sur la couverture) et c’est dommage, car cette info manquante crée une grosse frustration quand arrive la fin. J’en voulais encore ! Il reste tellement de mystères à élucider, des sortes de magies à découvrir ! À quand la suite ?

Un roman à découvrir absolument !

FB de Laêtitia Danae

FB de Snag Fiction

ISBN : 9782490151264

Hashtag PLIB : #ISBN9782490151264

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :